Loading...
22
11
2018

Trail du Grand-Duc

By admin 0

J’A-D-O-R-E littéralement ce trail alors je tenais à vous partager mes impressions sur ce Grand événement ! Tout d’abord, ce fût un honneur pour moi, petit français que je suis, d’être contacté par Mathieu Boucher, le coordonnateur du Trail du Grand-Duc, pour aller aider à ouvrir un sentier qui n’était plus utilisé ni entretenu depuis 13 ans. J’ai donc pris part avec fierté l’ouverture du Hibou Nord en super compagnie : Frédéric Albert, Sylvain Quiriault, François St-Pierre, Mathieu Boucher, son papa et moi-même.

On est à la fin de l’automne et c’est vraiment très humide dehors, je vois mon Sylvain avec sa souffleuse avoir bien de la misère à suivre la cadence des débroussailleurs en avant qui, avouons le pendant un bon 4 km, n’avait pas trop de difficultés à ouvrir le sentier. Je reste donc avec Sylvain qui finit par me donner cette super souffleuse empruntée à l’équipe de La Clinique Du Coureur. Wow, je me retrouve comme un gamin avec son nouveau jouet entre les mains, je m’éclate à souffler les feuilles, j’adore ça ! Cette journée fût bien agréable mais tout a une fin. On rebrousse chemin avec le sentiment du devoir accompli mais en même temps, je me rendais bien compte qu’avec seulement 5 km de fait à 5 gars, il allait rester bien de l’ouvrage à Mathieu pour terminer cette réouverture nécessaire pour la course. Je vérifie mon agenda et vendredi, je peux être dans le secteur alors je me propose pour l’aider à fignoler les derniers préparatifs. A mon plus grand bonheur, il m’indique avoir besoin de souffler a nouveau les feuilles sur le sentier complet du hibou nord car durant la semaine, on a eu du gel et des pluies abondantes. En arrivant sur place le vendredi matin avec mon bidon d’essence et mon souffleur je m’aperçois rapidement de l’ampleur du boulot : avec le gel, les dernières feuilles d’automne étaient toutes à terre prises dans une espèce de slush, bien collées au sol…

      

          Sentier avant mon passage     

                                           

Sentier après mon passage

 

Le temps file à toute vitesse, je regarde ma montre, 15 h 00 et j’ai fait seulement la moitié du sentier… Heureusement pour moi, j’avais pris ma lampe frontale. Et voilà, 5 heures plus tard, je me retrouve au sentier boucle de la station de Stoneham. Je suis vraiment content d’avoir pu aider Mathieu à ouvrir le sentier pour éviter des blessures aux coureurs demain matin. Je l’appelle, il me récupère pour me ramener à ma voiture restée à l’entrée du Parc de la Jacques-Cartier. Je pense à l’éventualité de prendre le départ le lendemain matin et mes signaux physiques étant tous au vert, je décide d’embarquer sur le 25 km. Je me rends compte que je n’avais pas remis de dossard depuis bien longtemps en trail. J’étais aux anges, porté par l’effervescence de l’événement au sein de cette communauté qui m’inspire beaucoup.

 

Petit bémol par contre, un épisode météo détestable… De la pluie en veux-tu en voilà, en même temps j’ai l’impression de me retrouver en Bretagne où j’avais l’habitude de courir sous le fameux crachin breton de France. Je regarde autour de moi sur la ligne de départ et je vois plein de traileurs qui sautillent pour se réchauffer, certains avec de grands sourires, d’autres, comme moi, à se demander ce qu’ils fabriquent ici sous cette pluie battante… NON je rigole!! Tout le monde à hâte de partir et par chance Mathieu nous informe qu’on devance le départ de 3 minutes, méchante bonne idée ça et nous voici au décompte 5, 4, 3, 2, 1     Partez !! Des machines décollent littéralement et je prends place su sein du peloton pour accompagner mes amis, on discute, on s’amuse, on jase, on glisse, c’est vraiment bien l’fun. Arrivé au 5ème kilomètre je décolle moi aussi pour rejoindre un super descendeur Patrick au sein de la tête de course. Je trouve que j’ai à apprendre de ce traileur qui m’ouvre le chemin dans les descentes avec grande aisance. On rejoint le 1er ravito au 12e kilomètre et je retrouve mon ami Frédéric Albert ainsi que plusieurs bénévoles avec de superbes sourires. Je prends quelques secondes pour les saluer, commence à discuter avec eux mais Patrick est déjà reparti à toute allure. Bon, bon, il a bien raison, on va jaser après la course. J’y retourne avec hâte pour découvrir l’autre moitié de parcours que j’avais marché la veille dans la noirceur. Je rejoins Patrick puis je pousse un peu la cadence en montée grâce à toutes mes sorties du dimanche avec le Club de la Trail Académie où l’on s’entraine uniquement à monter-descendre la montagne de Stoneham. Par inattention de ma part, j’arrive en bas d’une descente sur un pont de bois, je me vire la cheville bien comme il faut, je glisse et je me ramasse à faire trempette dans la flotte… Je me relève, j’évalue ma douleur à 8 sur 10, je prends mon temps, je recommence à marcher, mes sensations sont correctes alors je reprends une petite foulée tranquille. Patrick me dépasse et je ne suis pas en mesure de le suivre. J’avance un pas à la fois jusqu’au moment où la douleur s’estompe alors je redécolle ! J’arrive au ravito suivant avec une rage de sucre : 1 bon pepsi, puis un deuxième et… allez soyons fou, j’en prends un troisième ! Quelques chips et c’est reparti. On arrive dans la zone descente asphaltée, je me décale sur le côté dans les graviers et je dévale avec le plus grand des sourires cette pente assez abrupte à 200 à l’heure, je salue 2 traileurs sur mon passage et je retrouve mon binôme Patrick à 5 km de l’arrivée dans une montée vertigineuse !

 

Tant bien que mal, on se hisse en haut, on se réalimente avec quelques Fruit2, Fruit3 puis on amorce ensemble cette fin de course mémorable, on entend la musique et la voix d’Hugo Clermont (mon animateur d’événement préféré). J’aperçois des amis sur les côtés du sentier puis la foule qui nous applaudit et voilà, on passe cette ligne d’arrivée avec joie ! Je profite de l’occasion pour prendre une photo avec Patrick avant qu’il ne rejoigne ses amis.

Crédit photo : Michel Lemoyne

Que de bons moments vécus encore cette année au Trail du Grand-Duc. Après avoir eu la chance de courir le 47 km en 2017, je suis plus que satisfait de cette participation au 25 km (plutôt 27 à ma montre) pour cette seconde édition. L’ambiance de cet événement est incroyable, l’organisation est vraiment sur la coche, merci à Mathieu Boucher, Daniel Riou et Hugo Clermont de nous avoir livré un événement mémorable et quel plaisir de discuter, rencontrer et échanger avec cette communauté de coureurs et coureuses au grand cœur !!

Crédit photo : Michel Lemoyne

Ma cheville droite aussi se souviendra très bien de cette escapade. Je profite de cette fin de saison de trail automnal pour bien me soigner et prendre un bon repos bien mérité. J’ai déjà hâte de repartir en trail hivernal : les sorties en raquettes dans la neige folle, les sorties jogg bien habillé au chaud sur nos sentiers tappés, les sorties à la frontale, les chocolats chauds et surtout retrouver les amis qui vont tripper un max cet hiver !! Et vous, avez-vous hâte de goûter aux joies de l’hiver?

Crédit photo : Michel Lemoyne